Vlaskistram

Les plans du chantier du tram, et ses conséquences sur la ville et ses habitants.

Communication (8 juillet)

Ces dernières semaines, certains responsables des pouvoirs publics, dérangés par des critiques qu’ils ont reçues suite à la publication des plans du tram, se sont cachés derrière l’excuse que les plans diffusés ne seraient « pas définitifs ». Par contre, ils se sont bien retenus de publier les plans « définitifs » dans la foulée de leurs déclarations.

La région wallonne et la ville de Liège ont le choix. Soit elles mettent fin à leur totale opacité, et publient l’intégralité des plans. Soit les gens continueront à devoir se baser sur les plans « presque définitifs » publiés ici.

Dans le cas où ils auraient besoin d’aide, nous nous tenons à disposition des pouvoirs publics pour les accompagner dans cette publication, et ne manquerons pas de mettre la carte de Vlaskistram à jour afin qu’elle reflète alors les plans les plus récents, conformément à leurs souhaits.

Keskistram ?

C’est ce que demandait le marketing du tram de Liège avant que leur site soit repeint en jaune et en vert.

Ils ont donné des infos sur différentes choses : l’apparence des stations et des véhicules, les fréquences, le nombre de places assises, et même le design des poubelles…

Mais bien peu sur comment ce chantier pharaonique va bouleverser notre quotidien. Bien sûr, letram.be informe sur l’impact des travaux sur la circulation automobile (et tant pis pour tous les autres modes de déplacement) mais reste discret sur les changements qui deviendront permanents dans nos rues.

Quel impact sur le trafic routier ? Et sur la mobilité douce, alors que Liège a déjà des dizaines d’années de retard à rattraper ? Quid des centaines d’arbres abattus, dont certains uniquement pour des « raisons esthétiques » ? Quelles conséquences sur le quotidien des Liégeoises et des Liégeois, dans la vraie vie, loin des bureaux de designers ?

Alors que ce chantier est le plus énorme depuis des décennies, tout a été décidé dans la précipitation et sans véritable concertation. Le projet avait été ficelé rapidement dans l’espoir d’accueillir l’Expo universelle de 2017. Et il n’a pas vraiment été repensé depuis, alors que les années écoulées auraient pu être mises à profit pour retravailler le projet de manière plus ouverte et collective.

Mais au lieu de cela : du temps perdu, des occasions gâchées. Et alors que des citoyens et des associations demandent depuis des mois la simple transparence sur ce qui a été décidé, même cela, les pouvoirs publics le refusent. Alors que la ville a mis en œuvre plusieurs grands processus participatifs ces dernières années (« Réinventons Liège », « Liège 2025 »,…), qu’est-ce qui peut les motiver à refuser par ailleurs de partager des informations essentielles au sujet du tram, et à refuser le débat sur un projet d’une telle ampleur ?

Nous avons pourtant le droit de savoir comment la ville va être transformée. De connaître la manière dont est utilisé l’argent public. De réfléchir à comment les bonnes et mauvaises décisions prises dans notre dos vont modifier notre quotidien.

Alors aujourd’hui, nous prenons ce droit. Afin de nourrir le débat public, voici les plans du chantier du tram.

Nous vous invitons à nous faire part de vos remarques, avis et observations, que nous rassemblerons sur ce site. Et surtout n’hésitez pas à vous approprier ces plans et à faire vivre le débat public, là où vous le souhaitez, et de la manière que vous voulez. Notre rôle est d’encourager le débat, pas de l’enfermer ici.

Keskistram ? Vlaskistram.